Critique de Batman V Superman

Si la critique a majoritairement vomi le dernier DC Comics, certains résistent encore et toujours à l'appel de la vengeance. Avec une débauche d'effets spéciaux et une main trop lourde sur les coupures de scènes, Batman v Superman offre pourtant quelque chose d'intéressant. Une construction plate, mais détaillée d'un état d'esprit, sans évolution, mais avec suffisamment de conviction pour nous amener à croire que Batman, c'est un vrai hardcore du nord.

S'unir ? Contre quelle menace ?

Parlons déjà des choses qui fâchent, la maladie de Bay, du nom de son porteur originel, frappe ici la mise en scène avec une violence rare, tout est filmé avec des plans de quelques secondes et les scènes sont souvent un empilement de séquences épileptiques qui finissent par donner la nausée. La bonne idée revient ici à rajouter par-dessus tout ça une bonne couche d'effets spéciaux qui clignotent et vous avez la recette de la fondue façon « les toilettes étaient trop loin ». Il semble que la mode soit d'abuser des logiciels de montage tel qu'Adobe Premiere pour faire tout et n'importe quoi avec des scènes qui auraient gagné à être plus figées pour être plus lisibles. Pour terminer cette bonne recette, l'ingénieuse idée de tourner quasiment toutes les séquences de nuit rajoute un peu plus de confusion à une production déjà bien barbouillée.

Heureusement, l'histoire qui nous est racontée est loin d'être inintéressante. Très simple et pourtant très viscérale, elle ne trouve pas son intérêt dans le scénario à proprement parler, mais dans la capture d'une tranche de vie de super héros. Celle-ci est magnifiquement portée par un Ben Affleck qui n'a pas fini d'en prendre plein la figure par des journalistes bas du front. À l'image de Colin Farrell et de ses casseroles bruyantes, il faudra ici faire preuve d'un peu de compassion pour mettre en évidence le travail effectué sur le Dark Knight. Sobre, sombre, torturé, le personnage n'évolue que très peu pendant le film qui se contente de décrire par l'image une vie qui s'avère bien plus complexe et intéressante que ne laisseraient penser les dialogues un peu trop clichés.

Si Batman envoie du méchant pâté, Superman lui se contente du strict minimum avec un jeu identique au volet de ses précédentes aventures. Correcte, sans plus. Cela pourrait être sa devise, il manque clairement de l'âme dans son interprétation. S'il paraît sympathique et ne gâche rien au spectacle, le personnage paraît bien trop lisse et aseptisé même si deux scènes particulières lui donnent un peu plus de prestance que pour le reste du film.

Le grand méchant de l'histoire sera ici Lex Luthor, personnage charismatique et bien travaillé par un Jesse Eisenberg qui lui donnera un traitement fort inattendu. À la place du traditionnel playboy avide et sans cervelle, nous avons droit à un simili Jocker psychotique très bien joué qui contraste énormément avec l'ambiance générale du film. C'est couillu et ça fonctionne très bien. Si le procédé peut sentir la reddit, je vous assure que sa prestation et celle de Ben Affleck valent à elles seules les deniers pour voir ce film.

Enfin, la pénétration forcée des personnages de la Justice League pour le futur de la franchise sent un peu trop le commerce pour être crédible. Le personnage de Gal Gadot, bien que très classieux, n'est ni amené ni logique ni fait ni à faire. Si vous enlevez toutes les scènes qui comportent les ajouts de ces personnages, le film s'en sort beaucoup mieux et reste parfaitement compréhensible, voire même plus. Il faudra donc faire abstraction de ces séquences ou les considérer comme un entracte avant de reprendre le film si l'on veut vraiment apprécier l'ensemble qui paraît tout de suite plus cohérent.

Dommage que l'écriture globale soit un peu trop en retrait et n'apporte pas suffisamment d'eau pour alimenter l'imagination des moins fertiles. À l'image du forcing opéré pour la Justice League, le fil rouge du film n'est pas des plus intéressant à suivre et bizarrement ne constitue pas vraiment son intérêt premier. Là où Superman distillait trop d'informations, Batman v Superman n'en distille pas assez pour nourrir les plus affamés et ceux qui ne jurent que par les scénarios béton.

Batman v Superman n'est pas un chef d'œuvre, mais ce n'est clairement pas la purge que l'on nous vend depuis des mois. C'est un film intéressant porté par deux acteurs (Ben Affleck et Jesse Eisenberg) très bons dans leur personnage au point de donner une touche très personnelle à l'écriture par leur présence. Un bon film avec de gros défauts, mais aussi de grosses qualités qui l'élèvent au-dessus des simples divertissements. Honnêtement je n'en attendais pas tant.



Ambiance

​7/10

Scénario

​4/10

Jeux d'acteurs

​7/10

Réalisation

6/10

Photographie

​3/10

Effets spéciaux

​4/10

Cinéma

    • au cinéma
  • personne
  • HC complexe
  • Non
  • c
  • +
 

Commentaires

Kadrik Vergues le dimanche 10 avril 2016 10:08

Merci pour tes impressions. Je vais surement me laisser tenter une fois qu’il sera sorti en DVD.

0
Merci pour tes impressions. Je vais surement me laisser tenter une fois qu’il sera sorti en DVD.
MBikini le dimanche 8 mai 2016 18:49

Pas encore de Blu-Ray ?

0
Pas encore de Blu-Ray ?

Populaires

  • Critique de No Man’s Sky

    Critique de No Man’s Sky

    Si l'espace limite sans conteste l'émerveillement pour tous les hermétiques à la beauté froide des astres nus, il existe heureusement

    Continuer à lire
  • Nintendo Switch, la portable qui ne dit pas son nom

    Nintendo Switch, la portable qui ne dit pas son nom

    Nintendo a enfin officialisé le nom définitif et les grandes lignes des fonctionnalités de sa nouvelle console, anciennement connut sous

    Continuer à lire
  • Critique de Lost Planet 3

    Critique de Lost Planet 3

    Sur EDN III il fait froid, non pas que la température pose problème, mais l'inactivité aura tôt fait de vous

    Continuer à lire
  • Critique de Divinity : Original Sin

    Critique de Divinity : Original Sin

    Sorti de nulle part en mai 2012, le dernier jeu de rôle du studio Larian prêtait certains joueurs à sourire et

    Continuer à lire
  • Critique de Deus Ex : Mankind Divided

    Critique de Deus Ex : Mankind Divided

    L'envie de construire un univers viscéral, des scénarios élaborés et des interactions poussées ne donne pas forcément le résultat escompté

    Continuer à lire
  • 1