Pepper From Hell - Consoles pros, segmentation et apéro

Pepper From Hell, l'article totalitaire des instances infernales, revient sur l'actualité des jeux vidéo avec ses chaudes humeurs, ses avis tranchés et son sens inné pour rendre chaque phrase illisible. Attention, cette revue contient des propos choquants à même de stimuler les plus jeunes. Insultes gratuites, provocations malhonnêtes et allusions visqueuses sont au programme. Si vous détestez vos enfants, laissez-les lire tranquillement.


Après de nombreuses séances périmées sur les conséquences et les solutions à la morosité du marché de l'électronique grand public, un conseil consanguin a voté à l'unanimité la remise d'un prix spécial aux corporations de la terre pour avoir fait ressortir ce qu'il y a de pire ci-haut pendant près de 76 ans déjà. L'âge d'or semble pourtant loin. Cette époque généreuse où l'on pouvait librement inventer de nouvelles brides culturelles et de nouveaux conflits sociaux qui alimentaient une haine pour chacun et faisait boudiner notre désir d'acquisition et nos convoitises sur cette petite merde de voisin trop riche. Heureusement, les idées nouvelles ne manquent pas et l'usage de la violence reste un sujet envisageable à fusionner avec le marché de la consommation du chaos.

C'est ce que proposent Sony et Microsoft avec leurs nouvelles consoles de salon: la PS4-Pro déjà lubrifiée, et la Xbox Scorpio fin 2017. En raccourcissant drastiquement le temps de vie des machines, ils espèrent ainsi flanquer la vague du consumérisme Applesque. À terme, la rotation devrait s'effectuer sur 4 ans maximum contre 7 en moyenne avant et Sony caresse même l'idée de passer à un délai de 3 ans. Tout cela s'accompagne d'une extermination en règle du marché PC qui pouvait encore jouir d'un catalogue rétrocompatible immense à même de faire trembler ta mère en chaussettes et d'une rustine sur le trou qui cause la perte des licences tiers par des développeurs trop pressés de manger leur ration semestrielle. Si Microsoft avait bien tenté un récent homicide par strangulation sur la plateforme des racistes, l'ampleur de la tâche s'est vite avérée trop importante et l'échec aussi spectaculaire que rapide pour un Windows store bien trop Friendly. Un rétablissement de la peine létale avec paiement des arriérés semble donc être le seul moyen à terme pour effacer définitivement le mot « libre » de la surface imprimée.

Tous les jeux sur consoles actuelles sont ou seront supportés par les machines à pénétration forcée et l'on imagine sans mal que leur système d'exploitation sera mis à jour sans détruire la rétrocompatibilité. Tout ceci afin de cimenter cette matière première à l'image de ce qu'a essayé de faire Microsoft avec Windows 10 "ass and fucking service". On se demande alors comment vivront les vaillantes entreprises qui exploitent le recyclage des licences. Un problème épineux pour celles qui avaient si bien su exploiter les failles de ce système préhistorique pour essorer tous ces cons.



Un pari pourtant risqué, car d'après les analystes des vices de cyanure, Apple ne comptait pas seulement sur ses avantages technologiques pour vendre des conneries trop chères. En effet, celles-ci sont considérées chez eux comme des artefacts qu'il convient de posséder pour appartenir à une classe dominante sur le marché social, un culte de l'inutile bien huilé. En créant une demande se focalisant sur un besoin de représentation, Apple propose ainsi un remède au malaise social directement orienté sur ses produits, achetez iPhone et vous valez mieux que les autres, ou encore, si vous n'avez pas d'Iwatch vous êtes un pauvre moyen. Ce qui fait peur au citoyen lambda, c'est d'avoir un jour à se retrouver dans la classe moyenne, celle où tous ces ploucs de voisins se trouvent. La stratégie d'Apple relève donc du génie, faire croire à tous ces idiots qu'ils peuvent acheter à prix d'or leur accès à l'ascenseur social alors que ce dernier est en panne depuis 30ans.

La stratégie des deux fabricants semble miser sur un écart technologique afin de raviver cette peur dans le cœur des M&m's, les inciter à être plus que de simples tâcherons comestibles. Mais ils ne disposent malheureusement pas des dernières innovations en lobotomie d'Apple pour forcer une secte à s'agglutiner autour de la machine en elle-même pour en faire un objet socialement irresponsable. Si le culte lié à l'entreprise est bien réel chez chacun d'eux, il reste donc à trouver le moyen d'obliger ces dégénérés à aimer leurs bouts de plastique toxiques plus que leur propre vie. Ceux-là mêmes qui sont fabriqués par des enfants de 8 ans maltraités, exploités et affamés dans un pays où l'écart social se mesure en LY.



Du côté des promesses, la panoplie du parfait tanneur de cuir est utilisée à la lettre, avec fonctionnalités impossibles à mettre en œuvre, superlatifs sur chaque nom, sourires mielleux, preuves déguisées, et conférences biberonnées afin de durcir toutes les convictions. Tout est là pour préparer des champs à paitre ou chaque petit brin d'herbe aura le goût de la jouissance lubrique. La 4k primitive permet aux constructeurs d'afficher des ambitions 4x inférieurs à ce qu'un joueur salement éclairé demanderait d'une machine pareille, un écart gigantesque au vu des possibilités réduites du matériel d'origine lorsqu'il s'agit de faire tourner un jeu à 30 Fps/1080p. Si l'on compare bêtement les performances des cartes graphiques Nvidia haut de gamme sur la résolution UHD, on comprend vite que les concessions graphiques seront conséquentes dans un futur ou les productions ne cessent de gagner en lourdeurs et en manque d'optimisation.

Quelques mois après l'acquisition, ils comprendront trop tard que les jeux ne sont pas développés uniquement pour ces machines, mais aussi pour leur petite sœur et n'exploiteront donc pas cette résolution correctement. Pire, ils seront possiblement identiques à leur inferior version. Du côté des loqueteux, les jeux utiliseront des techniques bien trop lourdes pour le matériel natif qui donneront du fil à tordre pour des cartes graphiques qui peinent à aligner deux pixels en temps réel. Le crachat upscalé au visage et une pilule taillée comme un bus anglais seront des mets délectables pour les dégénérés incapables d'apprécier les angles gracieux en plastique poli d'une merveille produite par des familles de sans-abris tiraillées entre les désires manger ou mourir.

L'atout sera donc l'affichage d'effets graphiques supplémentaires, comme sur PC, et d'un meilleur Framerate en 1080p pour ces consoles haut de gamme, ce qui était déjà promis lors du lancement des PS3 et Xbox 360. La télévision fait donc bien baisser drastiquement le quotient intellectuel et la communication basée sur les ultrasons suggestifs développés par le gang des Aliens Méropiens fonctionne à merveille.

Nous avons donc hâte de voir tous ces pauvres détenteurs de PS4 et Xbox standards se faire humilier passivement par des personnes un peu plus fortunées et beaucoup plus conformes à notre idylle compétitive. Une grande oeuvre afin de les inciter à travailler plus pour dépenser plus dans l'espoir illusoire d'atteindre une nouvelle marche d'un escalier depuis longtemps démoli par les bulldozers corporatistes. L'industrie des dépressifs promet une croissance rapide dans les prochains mois.

Articles en lien

 

Commentaires

Pas encore de commentaire

Populaires

  • Nintendo Switch, la portable qui ne dit pas son nom

    Nintendo Switch, la portable qui ne dit pas son nom

    Nintendo a enfin officialisé le nom définitif et les grandes lignes des fonctionnalités de sa nouvelle console, anciennement connut sous

    Continuer à lire
  • Pepper From Hell - Consoles pros, segmentation et apéro

    Pepper From Hell - Consoles pros, segmentation et apéro

    Pepper From Hell, l'article totalitaire des instances infernales, revient sur l'actualité des jeux vidéo avec ses chaudes humeurs, ses avis

    Continuer à lire
  • Quand Ark tacle Conan Exiles à sa sortie

    Quand Ark tacle Conan Exiles à sa sortie

    Le business est un art complexe qui demande de nombreuses années d'apprentissage. Dans cette optique, l'on s'injecte régulièrement des doses

    Continuer à lire
  • Critique de Divinity : Original Sin

    Critique de Divinity : Original Sin

    Sorti de nulle part en mai 2012, le dernier jeu de rôle du studio Larian prêtait certains joueurs à sourire et

    Continuer à lire
  • Critique de Deus Ex : Mankind Divided

    Critique de Deus Ex : Mankind Divided

    L'envie de construire un univers viscéral, des scénarios élaborés et des interactions poussées ne donne pas forcément le résultat escompté

    Continuer à lire
  • 1